Quand les vêtements que nous portons tuent et polluent….

Nous surconsommons et avec l’avènement de la “fast fashion”, ou “mode jetable”, nous achetons et jetons les vêtements toujours plus vite. Nous contribuons (parfois sans même y songer), à la surexploitation des ouvriers du textile et de la planète, car oui, le « toujours plus » à souvent une face cachée.

Quelques chiffres :

  • Les ventes de textile représente 11 kg par an et par habitant.
  • Au niveau mondial, la production de vêtements a été multipliée par deux entre 2000 et 2014
  • L’industrie textile est la deuxième industrie la plus polluante au monde
  • 70% des cours d’eau chinois sont pollués par les usines – de textile, de fabrication de papier, de produits chimiques et pharmaceutiques.
  • Aujourd’hui, 80 entreprises du textile ont signé la charte “Detox”(15 % de la production textile mondiale) et se sont engagées à réduire l’utilisation et le rejet de produits chimiques dangereux d’ici à 2020.

https://www.consoglobe.com/wp-content/uploads/2016/12/infog1-revers-de-mon-look-tableau1-e1482863712852.jpg

Greenpeace a mis en place depuis 2011, un programme nommé « détox » visant à lutter contre l’utilisation de produits chimiques toxiques par l’industrie textile. Vous retrouverez ici « les tops »,  « les peut mieux faire » et « les flops ».

https://www.wemove.eu/sites/wemove.eu/files/fashion_1_fr_0.pngCertaines marques refusent toujours de rejoindre la tendance sans toxiques, alors que des analyses réalisées ces dernières années ont révélé la présence de dangereux polluants dans leurs vêtements.

 

**********************************************************************************

Ce documentaire se penche sur les liens entre la demande pour des vêtements bon marché et les conditions de vie effroyables des ouvriers qui les fabriquent :

 

Film en entier sur Netflix : ici 

et sur Putlocker :

 

Sources : https://act.wemove.eu/campaigns/455

https://www.greenpeace.fr/mode-detox-ou-en-est-le-secteur-textile/

https://cdn.greenpeace.fr/site/uploads/2018/07/R%C3%A9sum%C3%A9-Detox-2018.pdf

 

7 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Less is More dit :

    Il faut qu’on s’habitue à se faire plaisir en achetant d’occasion ^^ Je suis bénévole à Emmaüs, et dans le magasin on a de supers vêtements quasi neufs pour quelques euros !
    Par contre, je tente de mener mon enquête sur ce qui se passe quand on met des habits dans les bennes en métal, type le Relais. Je tombe de très haut car entre le descriptif alléchant sur leur site internet et le reportage en caméra caché d’Envoyé Spécial, il y a un gouffre. Ils montraient des conteneurs du Relais qui partaient en Tunisie…pour aller moisir sur leur sol sans être valorisé. Je te dis pas le choc quand je suis arrivée à la déchetterie et que j’ai vu que les habits allaient à cette même boîte Le Relais. Bref, je vais tenter d’éclaircir tout ça et j’en ferai un article, pour qu’on sache où mettre nos vieux habits…A priori le mieux c’est dans les centres Emmaüs directement mais on n’en pas toujours près de chez soi. bises ^^

    Aimé par 3 personnes

    1. Sylvie dit :

      Bravo pour ton bénévolat 🙂
      On devrait peut-être tout simplement éviter d’acheter trop et trop vite. Cette démarche est évidemment rendue bien difficile tant la tentation est grande (pub, promos, youtubeuses……)
      Pour ce est des bennes de collecte, on croit bien faire, mais on ne connait pas toujours la suite donnée à cette bonne action.
      J’ai hâte de voir ton « enquête » sur le sujet
      Bises
      Oui, c’est vrai que

      Aimé par 1 personne

  2. Less is More dit :

    Oui, j’ai envoyé un mail au Relais. J’attends la réponse…;-) J’ai réalisé un peu récemment que j’avais fait la malheureuse équation suivante inconsciemment (comme beaucoup !) : « être à la mode, c’est avoir les vêtements que tout le monde porte et c’est donc avoir l’impression qu’on reste jeune, dans l’air du temps ». Malsain, hein ? Mais du coup je trouve tout chez Emmaüs ou des amies me donnent. Ma sœur a créé tout un réseau entres amies pour se filer des habits pour enfants : elle ne leur achète plus rien et ils sont super bien habillés ^^

    Aimé par 1 personne

    1. Sylvie dit :

      Je comprends tout à fait. Et puis, il y a encore et toujours cette sempiternelle histoire de vouloir rester dans le moule, faire comme les autres, afin de ne pas être moqués,et marginalisés.Mais les choses évoluent, et les tendances s’inversent 🙂
      Tu devrais vraiment faire un post sur le sujet pour donner des idées à tes lecteurs.

      Aimé par 3 personnes

      1. Less is More dit :

        Donc le reportage d’Envoyé Spécial, on suit un contener qui part en Tunisie et on voit une partie qui reste au sol à pourrir. là-bas…J’avoue travailler avec des journalistes et savoir qu’ils interprètent beaucoup de chose…Le nombre d’article que j’ai pu lire avec des erreurs alors que je leur avais dit autre chose…donc, je ne sais qui croire vraiment…
        Réponse du Relais par email : Vous trouverez ci-dessous un extrait du courrier Le Relais suite à la 1ère diffusion de ce reportage en novembre 2014 :

        … « Mise en scène pour la séquence liée à Avignon et l’export en Tunisie : le client final n’est pas un client
        > du Relais comme le précise le reportage. Le Relais ne contracte pas directement avec la Tunisie. Nous contractons
        > avec un trieur français qui a deux centres de tri, un en France et un en Tunisie. Nous regrettons vivement que le
        > container n’ait pas été suivi jusqu’au bout… Le Relais ne contracte pas avec des acteurs agissant comme le correspondant
        > local tunisien figurant dans le reportage. » … »

        Il y a probablement des ratés de temps en temps et là c’en était un ??

        J'aime

      2. Sylvie dit :

        Merci pour ton retour.
        La faute n’est donc pas totalement imputable au relais. C’est vrai que du côté des journalistes, on constate parfois des erreurs parfois grossières, à tel point qu’on se demande si ce sont vraiment des erreurs…..
        Belle journée à toi

        Aimé par 2 personnes

    2. Joëlle dit :

      Bonjour à toutes les deux!
      Les enfants qui grandissent plus vite que leurs vêtements, quel problème n’est-ce-pas!
      Pour ceux et celles qui ont du temps, (je n’ai personne dans le viseur 😉) tricoter un pull au motif rigolo pour un enfant, c’est l’assurance qu’il sera porté par plusieurs gamins. On peut aussi relooker ou personnaliser les vêtements en faisant un brin de couture. Je me souviens avoir cousu des motifs du choix de ma fille pour recycler un blouson en jean de ses frères aînés en un vêtement plus « féminin » — pas de neutral gender look à l’époque. Il suffit d’impliquer les gamins un tant soit peu pour qu’ils adhèrent à notre démarche!
      Bonne journée, à bientôt 😊

      Aimé par 2 personnes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s